Voyage aux abîmes celestes..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Voyage aux abîmes celestes..

Message par mdcmdc le Lun 28 Mar - 11:58

Voici un texte tire de l'ouvrage 'le diable et la possession demoniaque'd'Herve Masson publie en1975 aux editions presse pocket,
Il s'agit du recit de visions mystiques obtenues en etat de conscience modifiee ..
Ce recit j'en suis sûr ,,ravira nombres de membres de ce forum....
Allez c'est parti...
"Ma vie interieure n'a pas su que je l'epiais et l'impalpable
en moi a remue.Il faisait nuit sous le porche car mon oeil gauche s'etait ferme.Il s'est rouvert et la nuit m'a quitte et j'ai vu.
J'ai vu un peuple d'ombres,je n'ai pas distingue sa couleur,des hommes ,des larves,des plantes,un grouillement de lueurs et de rires.Un homme,noir sur blanc,s'est leve a gauche,il a marche, puis s'est assis a droite.Il a disparu.Une cloche a sonne l'angelus de midi;un moulin marchait et c'etait dans une grange que je ne connaissais pas.Un fruit est tombe,il etait vert, sa chute a provoque un etrange remous.Des idees et des lueurs.Il y'avait un desordre fou dans cet interieur de mon oeil .
J'ai vu s'ouvrir un livre mysterieux.Quatre lettres y fulgurerent,mais je les ai oubliees.D'entre les pages,des chiffres sont tombes,les uns dessous,les autres dessus,les autres a cote.Et l'impalpable m'a enseigne les nombres et comment on doit les compter..Au centre de mon ame,au foyer adamique,j'ai appris a connaître de science immediate.Car tout cela releve de l'homme et reside en lui; car tout est en chaque chose.L'absolu multicolore,l'absolu multiforme,multisonore ,le scintillant absolu y est enfui tout entier.Ma tete est sous la main de Dieu.
Seize petales obstruent ma gorge.Ils sont pourpres et des etincelles de feu les eclairent.L'abîme se creuse sous mes pas.
La forme se differencie deux fois,sept fois ,dans la lumiere et dans l'ombre et le son est present dans chacun des nombres qui determinent la forme .
Au commencement est la pensee:elle ne possede ni voix,ni couleur,ni forme.Une et inconsciente ,elle navigue au -dessus du neant;elle dort enroulee sur elle -meme.Elle est couronnee.
La pensee a eclate,elle se divise en vingt-deux voix.Le son remplit le monde.Le premier espace est l'espace sonore,le premier temps est le temps vocal,le premier mouvement la melodie.J'entends sept echos:un echo a l'Orient,un echo a l'Occident,un echo au Sud ,deux echos au Nord ,un echo ascendant ,un echo descendant;et douze murmures se forment.Cela constitue les vingt -deux voix.
Tel est le premier royaume.
Le troisieme monde naît de la couleur qui se decoupe .Elle prend sept formes qui sont le triangle ascendant ,le triangle descendant,le rectangle et le losange,le cercle,le demi-cercle et la courbe.Sept formes qui s 'ouvrent en eventail et contiennent le neant divin tout entier.Il y a ensuite le monde de l'aipaisseur qui est multiplie par les touchers;le monde de l'odeur avec les septs odorats;le monde des sept goûts et enfin celui de l'amour qui,par le spasme,est le retour a la pensee pure.
Deux mille cent cinquante-six-formes colorees dont seules quatre-vingt-dix-huit sont connues,les sept formes simples multipliees par les sept couleurs simples,une fois pour la lumiere et une fois pour l'ombre.Ce sont les formes conscientes .Deux mille cinqante -huit formes restent inconnues et plongent dans l'inconscient .
Quatorze couleurs sont visibles :les sept lumineuses et les couleurs de l'ombre.Mais trois cent huit sont invisibles;elles sont dans l'inconscient .
Les sept formes informantes en se combinant avec la couleur et le son creent les
deux mille cent cinqante -six formes d'en deça.Elles constituent un jeu magique et mysterieux.L'origine en est unique et couronnee.
Le mariage du son avec la couleur engendre la forme qui en est le multiple.Le fils glorieux en est le triangle ascendant ;le triangle descendant en est la fille aimee.De l'incseste triangulaire naît le carre qui engendre le cercle;et ma vision se deroule.
Aux pointes du triangle veillent les trois sephires dont l'un est couronne,le second sceptre,le troisieme pourpre .Deux opposees et une reconciliatrice et chaque pointe s'oppose et chacune reconcilie.
Une pierre dans l'eau et l'eau ondulle a l'infiniet chaque ondulation circulaire est projetee par trois choses qui sont l'essence,l'existence et l'harmonie.Trois pointes qui appartiennent au tres-haut et au tres-bas.Une face de lumière ,une face d'ombre;un triangle monte,l 'autre descent;tous deux s'etayent sur la meme base.
Un triangle est celui de la tete,du coeur et des reins;un autre luit dans l'oeil du dragon;il est rotation,revolution et attraction.Quatre sont dans le zodiaque,classes par trois,ceux de l'air,de l'eau et du feu.Lumineux ou opaques,sept cent seize triangles meublent le royaume .
Le rectangle et le losange sont des triangles surajoutes,des combinaisons dans lesquelles toujours se decele la face des trois fondamentales .Le losange pourtant
pose un pietd sur l'angulaire l'autre dans le circulaire .Il correspond au quatre-vingt -dix-neuvieme degre de température .
Ensuite les angles s'arrondissent.Les formes se lient.L'amour est l'oeil du feu.il brille rond au centre d'un cercle.Il est la forme enroule et la spere qui tourne,torsion.La circonference du spasme adoucit l'orbe de la violence.Ma tendresse gît dans un anneau d'or.
Un bracelet a ton poignet:tu n'as plus de coude et ton epaule est ronde.Une bague a ton doigt :ta main meurt a la première phalange .Un diamant sur la bague ? Huit pointes brisent le cercle et le croissant resplandit sur le front du dragon.Ence decan il y'a carence du cercle:l'aigu est dans sa plenitude.
Il a suspendu le mouvement afin de manifester plastiquement l'unite de toutes choses,parfois le visible s'enroule ,parfois il s'etire.Tantôt les lignes s'accordent obliquement , tantôt verticalement ou horizontalement .Parfois l'unite revet une gamme coloree particuliere,d'autres fois elle a recours aux tons multiples.
Il est present dans chaque geste.Il est assis au creux du chene.Il voit derrière mes yeux .Il est dans ma main.Le monde est le lieu ou il ne cesse de se rencontrer face a lui-meme.Pour sa joie et pour sa beaute des apparences.
J'ai parcouru le royaume d'en dessus.J'ai erre sur les grandes routes que n'ombragr nul arbres;sur d'autres chemins a travers des forets.Mes pieds effleuraient a peine le sol et je me deplacais rapidement.
Je me suis reposer a l'ombre d'une haie.mais des personnages hostiles mon entoure.Il m'ont menace.Alors j'ai su que je pouvais m'eleve dans les airs et les preciipiter en bas , dans le monde d'en dessous.
Dans ces contrees deux princes se disputent le pouvoir.deux reves s'opposent.
Chacun des souverains est entoure de sa cour et commande une armee nombreuse;et leurs forces s'opposent .L'impalpable m'a enseigne le moyen de combattre ces troupes et comment se faire introduire dans ces cours rivales et puissantes .
Je suis fort contre les princes des obscures principautés .Mais les princes occultes peuvent s'ecarter et me laisser seul devant l'unique vivant.Le vivant tout nu.Nulle science,nulle conjuration ne donnent le pouvoir de resister a l'eclat de sa lumiere.
Les echelons sont prestigieux et brillent de mille feux.
Les voix sont innombrables.
Un arbre redit les choses du passe.Il est image et son et toucher.Il est saveur.
Le tronc est comme un dos d'homme et les racines imitent les formes d'un fondement humain.Ses fruits sont des amandes.
Le vent dans l'arbre brouille les images mais sitôt le calma retabli on y peut lire l'histoire des choses qu'on croit mortes et qui se perpetuent ainsi de cette facon.
L'arbre est plante au-dessus d'une caverne tres close et des hommes l'on deifie.Des magiciens et des bateleurs s'assemblent sous la ramure,ils prtendent dans l'ombre de l'arbre sur le sol lire ce que sera l'avenir.Mais parce que l'ombre est mouvante,parce que le vent fait trembler les hautes et les basses branches,leur predictions sont menteuses.
Il y'a ceux que certains rites appelle.Ils viennent ou bien on va vers eux.Il y a aussi ceux qu'on n'evoque pas et qui viennent cependant.
La femme est apparue un soir rouge.Son visage et ses bras heraltdiques sont de gueule et de sable.Je n'ai pas compte ses mains qui sont nombreuses.Chacune fait un geste different et cele esr d'une atroce volupte.Ses cheveux sont devant son visaga et tombent aussi bas que ses jenoux.Elle les tord a chaque instants comme un linge mouille,comme une echarpe noire.
Son oeil luit derriere sa chevelure.Il vacille comme une langue de feu.Et mes yeux a moi n'oublieront jamais le souvenir de cet oeil luisant cahe dans la somptueuse chevelure.
Sa bouche ne parle pas et j'ignore si elle a des pieds.Elle est restee trois mois pres de moi,ensuite elle m'a quitte.Au mois de novembre de l'annee derniere elle est revenue.
Mais plus haut dans la salla du trône les sieges s'entrelacent et la race s'arrete la, sous l'orteil du vivant.C'est le sommet du crane,l'echappee hors du micrologue,c'est le lieu ou cesse l'emprise d'Adam.
Car voici venir l'ultime humain ,voici les deux routes qui se joignent a l'horizon et ne se disjoignent pas par-dela l'horizon .
Mais nulle route ne rencontre le Seigneur Neant qui ne passe a travers l'homme comme une epee et ne se trempe de son sang.En toute route quelle qu'elle soit,toute route commence entre nos yeux,dans un regard inverse.
Je suis l'abîme sans fond,je suis la roue qui tourne,les milliards de visages,de fleurs,de fruits et de pierres confondus.Je suis l'ultime tempete.Je suis le vide et le neant.Ensuite il n'y a rien que cette somptueuse obscurite,ce silence des silences..........”


avatar
mdcmdc
Néophyte

Masculin
Nombre de messages : 75
Age : 46
Localisation : toujours aux frontieres.
Emploi/loisirs : veilleur du crepuscule..
Date d'inscription : 12/12/2010

http://mdcmdc.skyrock.com/8.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum